Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by on Fév 28, 2019 in Hypnose, Revue Hypnose & Thérapies Brèves |

Hypnose conversationnelle: En finir avec la cocaïne

Par Marie-Clotilde WURZ-DE BAETS, Psychologue clinicienne, hypnothérapeute.

Revue Hypnose & Thérapies Brèves n°51.

Comment j’ai échangé une boîte verte en métal vide contre 450 euros de cocaïne.

La notion de temps. Ma pratique professionnelle de psychologue s’ancre dans le temps. Le temps d’intégrer, d’assouplir, d’automatiser, de digérer les théories et les pratiques. Peu à peu, imperceptiblement, ce qui demandait beaucoup d’effort, de réflexion, de concentration, finit par être limpide et s’écoule comme le ruisseau ayant trouvé son lit, naturel et fluide…

Plus je travaille avec l’hypnose, plus elle s’assimile en profondeur « telle une respiration automatique et bienveillante » (comme le dirait Teresa Robles dans les formations que j’ai suivies avec elle). Elle prend vie dans mes pensées, dans mes actions…

Je vais vous raconter l’histoire vraie d’une hypnose conversationnelle. L’histoire vraie d’un moment où le temps est suspendu, où tout peut basculer. Une histoire où l’inventivité devient une urgence, où sortir des terrains battus se révèle une nécessité. Voici le récit d’une partie de la psychothérapie de Sergueï. Voici comment j’ai troqué une boîte verte en métal vide contre 450 euros de cocaïne.

QUI EST SERGUEÏ ?

Lorsque Sergueï se présente à mon cabinet, dans l’embrasure de la porte, apparaît un puissant colosse de 1,95 m, au regard sombre et à l’expression taciturne. Le ton est donné en quelques phrases. L’apparition soudaine d’une phobie de l’avion perturbe gravement sa vie de jeune sportif de haut niveau. Il n’arrive plus à prendre ce moyen de transport sans avoir des tremblements intenses, et une peur in- contrôlée. Les symptômes sont apparus après deux blessures à la mâchoire et au bras, qui ont été suivies d’une grosse opération. Sergueï me dit : « Je ne crois pas à l’hypnose. Je viens parce qu’on m’a poussé à le faire. » A vrai dire, en le regardant, je pense en souriant intérieurement qu’il est loin du profil du « joueur soumis ». L’entretien prend le temps de s’installer. Le contexte de l’apparition des symptômes se révèle. Sergueï se déride et raconte son his- toire. Il est fier de dire qu’il a été détecté et sélectionné, dans son club de sport, à 14 ans. Il a quitté son pays pour être admis dans un prestigieux et sélect club sportif, qui a pour unique objectif de produire des champions. La pression pour ces tous jeunes adolescents est extrêmement forte : beaucoup d’appelés et peu d’élus. Sergueï analyse sa situation avec une clairvoyance et un pragmatisme qui me surprennent. « Il leur faut un retour sur investissement, sinon on te dégage. » A 17 ans, c’est bientôt la fin de ses études scolaires, et son avenir professionnel se joue dans ces dernières an- nées. Je sais, par certains membres de son équipe d’encadrement, qu’on a fondé beau- coup d’espoir sur lui. Cependant Sergueï a déjà eu plusieurs blessures et son caractère souvent trop impulsif et incontrôlable lui porte préjudice. Sergueï le sait : il est sur le fil du rasoir et il en joue.

Quelques séances d’hypnose et d’entretiens suffisent à régler le problème de l’avion. Sergueï, cependant, a toujours affirmé être resté réfractaire à la transe hypnotique. « Ça ne m’a rien fait : je n’étais même pas en hypnose. » Réflexions peu valorisantes pour moi, mais les résultats sont là : il peut reprendre l’avion et poursuivre sa carrière sportive. On aurait pu en rester là. C’est alors que Sergueï me fait une demande surprenante. D’autres problématiques profondes sont à régler, il veut le faire avec moi. J’accepte de continuer le suivi.

C’est ainsi que sa thérapie commence, en entretien de face à face, par la petite porte, par des échanges où s’installe peu à peu la confiance, avec un déploiement de trésors de patience. Sergueï se révèle un patient très complexe et déroutant.


Commander le numéro 51 en version papier

S’abonner à la Revue Hypnose & Thérapies Brèves


« Le comme si paradoxal »: Tâches thérapeutiques. Guillaume DELANNOY, Vania TORRES-LACAZE et Annick TOUSSAINT
Jusqu’à notre prochaine rencontre, je vais vous demander de prendre le temps de réfléchir chaque jour à la question suivante : « Si vous étiez certain que, quoi que vous fassiez, quoi que vous tentiez, quoi que vous essayiez pour atteindre votre objectif, il ne se réaliserait jamais, que feriez-vous alors ? » Pour avancer dans la vie, nous nous donnons, plus ou moins consciemment, des buts, des objectifs, qui orientent notre attention, notre communication et notre action.

Le conte en pédiatrie: la métaphore du chirurgien ORL. Dr Fabienne RAUX-RAKOTOMALALA
Quand mes mains de chirurgien ORL ont compris qu’elles pouvaient saisir le courant hypnotique du bloc opératoire, elles ont osé utiliser de nouveaux outils pour les emporter au-delà de la salle d’opération ou du réveil et permettre de soulager et d’accompagner mes patients jusqu’aux portes de leur convalescence et au terme de leur cicatrisation.

Hypnose conversationnelle: En finir avec la cocaïne. Marie-Clotilde WURZ-DE BAETS
Comment j’ai échangé une boîte verte en métal vide contre 450 euros de cocaïne. La notion de temps. Ma pratique professionnelle de psychologue s’ancre dans le temps. Le temps d’intégrer, d’assouplir, d’automatiser, de digérer les théories et les pratiques. Peu à peu, imperceptiblement, ce qui demandait beaucoup d’effort, de réflexion, de concentration, finit par être limpide et s’écoule comme le ruisseau ayant trouvé son lit, naturel et fluide…

Note Sixième. Selon François Roustang. Dr Sylvie LE PELLETIER-BEAUFOND 
« Comme thérapeutes, nous en faisons toujours trop ». Ainsi François Roustang conclut-il le chapitre « Ouverture » d’un de ses ouvrages. Il poursuit : « Nous nous escrimons à chercher des solutions et à les proposer inlassablement comme s’il était certain que la technique adéquate existe pour cet individu et dans cette circonstance.

Edito : Hypnose et prise en charge de la douleur. Dr Henri BENSOUSSAN
Dans le numéro 14 de la revue Sciences Psy, Boris Cyrulnik nous fait réfléchir, dans un article intitulé « Nécessité et abus de la notion de progrès », aux relations entre évolution, progrès, imagination et effets secondaires. Nous sommes habitués à associer progrès médical et allongement de la durée de vie. De rassurantes statistiques régulièrement nous apaisent à propos de notre avenir individuel et en inquiètent d’autres à l’échelon de la société, car comme le dit Boris Cyrulnik : « Le progrès se construit au fur et mesure de la réalisation de certains possibles et prend ainsi des chemins auxquels nous ne pensions pas nécessairement. »

Intérêt de la pratique de l’hypnose dans la maladie de Parkinson. Dr Laurence LE GOURRIER
La maladie de Parkinson (MP) est une maladie neurologique chronique dégénérative associant un tremblement de repos, une akinésie et une dyskinésie extrapyramidale.  Secondaire à une dégénérescence du locus niger (ou substance noire) qui altère la voie dopaminergique nigrostriée, la MP s’accompagne de l’atteinte d’autres systèmes neurotransmetteurs. Ainsi, des troubles du sommeil, de la mémoire et de l’humeur sont fréquents.

La proprioception : notre sensorialité profonde. Anne-Sophie BOUTHORS et Bertrand PORET
Du VAKOG au VAPKOG. Ces quelques lignes se veulent une porte de réflexion sur la place que nous pourrions accorder à la sensibilité proprioceptive dans les phénomènes hypnotiques. C’est mon métier d’anesthésiste-réanimateur en maternité et mon expérience de danseuse, de plongeuse et du yoga qui m’autorisent à partager cette réflexion.

Edito: Endormir les corps. Hypnose et anesthésie. Dr Aurore MARCOU
L’anesthésie fait peur. Parfois plus que la chirurgie elle-même. Peurs de confier son corps, de sombrer dans l’inconscient, de se réveiller inopinément, de souffrir, de mourir… Des peurs toutes légitimes que les explications rationnelles peinent à ré- conforter. Que faire des informations médicales sur l’anesthésie, techniques sur la sécurisation des procédures, statistiques sur les risques de plus en plus rares d’accidents quand on a peur ?

Consultations d’anesthésie: Savoir faire, savoir être. Dr Arnaud BOUZINAC
Madame A. se présente à la consultation d’anesthésie. Son dossier m’apprend qu’elle va être opérée d’un cancer du sein. Dehors, il pleut. Je me présente et l’invite à entrer dans le bureau. Elle s’assied sans rien dire, les yeux dans le vague. Elle a gardé son manteau et ses mains sont crispées sur un parapluie orange, posé sur ses genoux. « Vous savez, lui dis-je, je n’ai encore jamais volé de parapluie. Même aussi beau que celui-ci. » Elle me regarde, semble réfléchir et sourit. La consultation d’anesthésie peut commencer.

Mes belles histoires hypnotiques. Tania ROUSSEAU
En hypnose médicale, nos pratiques soignantes s’effectuent en service hospitalier, en pré-hospitalier (SAMU-SMUR/Sapeurs- pompiers), au bloc opératoire ou en salle de réveil. Parfois, amener le patient dans un refuge hypnotique pour les soins impose au praticien une vraie recherche scénaristique. Le patient n’a pas toujours de « safe place » à proposer, ou le besoin d’une séance est parfois si rapide qu’on n’a pas le temps de recueillir les éléments ressources.

Hypnose en cabinet dentaire: un univers transe-formé. Dr Marie-Hélène SIMONNET GARCIA
Le chirurgien-dentiste écoute avec ses yeux et parle avec ses mains. Il prend soin d’un espace qui permet de s’alimenter, de communiquer, et parfois de respirer. 
Et il s’interroge souvent sur sa capacité à rester concentré, des fois plusieurs heures, sur les quelques millimètres carrés à soigner, tout en restant attentif à leur propriétaire.

« Bonne rentrée ». Dr Stefano Colombo, Revue Hypnose et Thérapies brèves 51
Nous voici en automne. Fin des vacances et donc reprise des activités économiques, scolaires, sociales, politiques. Tout le monde ne fait que souhaiter une « bonne rentrée ». 
Soit. Mais regardons cela de plus près. « Rentrée » est un mot composé. Oui, oui: composé de«entrée»et de«re». « Re » comme regret, remord, repentance, retard, reblochon ?

Pas faire d’hypnose…Dr Adrian CHABOCHE
Cher lecteur, Vendredi, 8 h 30. Première consultation d’une journée assez longue. 
J’accueille une femme. L’ayant accompagnée depuis la salle d’attente, je la laisse prendre place. Elégante, elle se glisse dans le bureau et s’installe dans le fauteuil de travail. Quoi de plus classique pour commencer une journée ? Habituellement je me laisse porter et emporter par la mélodie du récit que le patient me fait à la question que je leur adresse : « Racontez-moi. » L’hypnose étant d’abord celle du thérapeute en écoutant le patient.

L’Entretien du Docteur Marc Galy. Dr Gérard FITOUSSI 
Bonjour Marc, peux-tu indiquer ce qui t’a conduit aux études de médecine et à l’anesthésie ? Marc Galy : Dès ma plus jeune enfance j’ai souhaité faire médecine : le déclencheur, le médecin de famille. Pour l’anesthésie c’est la même chose, la rencontre. J’ai passé un internat des hôpitaux.

Notes de lecture par Christine GUILLOUX
Les visages de l’invisible, Patrick de Wilde, Chaman. Fou en deçà des Pyrénées, guérisseur au-delà. Ou sorcier, curandero, jhankri, mudang, santero ou chaman. Les pratiques chamaniques, depuis l’âge de pierre, nous fascinent, nous enchantent, nous effrayent, nous questionnent. Des phénomènes de transe qui nous sont cependant familiers et dont nous nous sommes inspirés dans nos approches psychothérapeutiques.

Marion Chervy

Google+