Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by on Juin 13, 2013 in Revues, Thérapies Complémentaires | 0 comments

Placebo : Santé Intégrative n°26

Placebo – Santé Intégrative n°33

 

Dr Philippe TOURNESAC

Actualité médicale

• Autismes, des recommandations tardives et restrictives par Dr Philippe TOURNESAC

L’autisme fait partie des maladies multifactorielles pour lesquelles une approche intégrative est incontournable. L’archaïsme de certains, l’ignorance d’autres, le manque de moyens freinent la guérison ou tout au moins l’évolution favorable de ces patients. L’autisme est une maladie fréquente qui fait partie des TED (troubles envahissant du développement). Les TED touchent un enfant sur 150, et l’autisme un sur 500. Tout d’abord attribué par certains psychanalystes à un trouble de la relation mère-enfant, il est maintenant compris comme une maladie neurologique. Le mode de prise en charge institutionnel qui prévaut est actuellement très décevant. Les associations qui se battent pour l’autisme soulignent le retard diagnostic, le peu de moyens financiers, l’utilisation de méthodes violentes comme le packing, la prédominance de soins psychanalytiques et le parcage de patient dans des établissements démunis. Ces derniers mois, des manifestations et des procès ont opposé des thérapeutes (hôpital de Lille, psychanalystes) à ceux qui soutiennent ces patients ou témoignent du drame qu’ils vivent.


 

Médecine intégrative

Syndrome de retard• Syndrome de retard de phase et adolescence

L’état du sommeil est directement lié à notre état de santé. Les déphasages des horloges biologiques ont des conséquences sur la fatigue, la concentration et donc la scolarité. Plus encore, ils sont un facteur prédisposant à des maladies graves comme le diabète. Prendre en charge et traiter le retard de phase est une nécessité pour la réussite et l’espérance de vie.

Le temps, le rythme biologique et la vie
Dès la naissance, notre vie est rythmée par le temps. Jour et nuit, veille et sommeil, activités et repos…, mais aussi rythmes hormonaux, rythmes de la vigilance, rythmes de l’apprentissage : tout est rythme ! Pour gérer cette organisation temporelle, notre organisme dispose d’horloges biologiques. Celles-ci sont endogènes. Cela signifie que les rythmes biologiques sont programmés par des gènes au cœur de nos cellules (gènes Clock et BMAL 1). Les horloges biologiques existent au niveau des cellules, mais aussi au niveau des tissus périphériques et également au niveau cérébral central. La principale horloge, chef d’orchestre de toutes les autres, se situe au sein du noyau suprachiasmatique cérébral. Une autre glande particulièrement importante lui est annexée : la glande pinéale produisant l’hormone mélatonine.

• Des leçons du Professeur Leriche

Une nouvelle lecture d’un ouvrage passionnant m’a incité à en faire la présentation. Il fut édité en 1944 et n’est donc pas très facilement consultable ! La chirurgie à l’ordre de la vie est une compilation de textes remarquables écrits par le Professeur René Leriche. Une grande partie de ces réflexions et avis émis sont toujours d’actualité. Ils ont également un intérêt évident pour notre pratique d’auriculothérapie et/ou d’auriculomédecine.

 

 


 

Spasmophilie

• Spasmophiles, êtes-vous magnésiques ou ventileurs ? par le Dr Jean-Loup DERVAUX

Vous vous reconnaissez dans le profil spasmophile car vous en subissez les signes, continuellement ou à certaines périodes de l’année, ou bien dans des situations    particulières, et ceci à tous les niveaux de la maladie, qu’elle soit émergente, constituée ou critique.    Pourtant certaines zones d’ombre persistent. Votre taux de magnésium a toujours été normal, et ce en dépit de l’importance de vos signes. Ou bien il est  abaissé, mais la prise de magnésium est inefficace, que le taux se normalise ou non. Vos troubles sont soulagés, au moins temporairement par l’exercice de la relaxation profonde, donc on rend responsable de votre état le stress ou mieux encore, les nerfs!

 


 

dignite• Combattre pour la dignité, un combat au présent !

Parmi nos multiples (pour ne pas dire infinis) besoins, le besoin de dignité n’est pas des moindres, même s’il n’est pas toujours reconnu. Je définirais le besoin de dignité, par la nécessité de pouvoir rester debout, d’affronter les possibles et donc les imperfections de la vie, dans le respect de soi. Nous pouvons répondre à notre besoin de dignité, qui est un besoin secret mais intense, avec au moins deux démarches. L’une personnelle, par une attitude intérieure que nous adoptons pour rester droit, centré, correct, face aux difficultés de la vie. L’autre par les attitudes, les comportements ou les réponses de notre entourage envers nous, que nous souhaitons empreintes d’un minimum de respect.

 


 

PlaceboDOSSIER PLACEBO ET EFFET PLACEBO SANTÉ INTÉGRATIVE N°26

INTRODUCTION ET SOMMAIRE

Apprenez qu’un livre ne donne jamais ce qu’on en peut attendre.
Il ne saurait être une réponse à votre attente.
Il doit vous hérisser de points d’interrogation.

Jean Cocteau dans le Rappel à l’ordre (1926)

La santé intégrative se doit de réunir des informations sur l’efficacité, la pertinence ou l’intérêt de nombreuses stratégies thérapeutiques occidentales ou complémentaires.
En avalant un comprimé, certains croient s’administrer une potion magique visant à remédier à leur souffrance, d’autres s’interrogent sur son efficacité. Le patient  auquel on met des aiguilles d’acupuncture, comme celui qui est manipulé par un ostéopathe, sont dans la même situation.
Certains affirment que l’acupuncture est efficace puisque même ceux qui n’y croient pas en tirent un bénéfice. Cela démontre-t-il pour autant qu’il ne s’agit pas d’un effet placebo ? Souvent, les patients arrivent en consultation en allant déjà mieux. Le médecin est-il un placebo ?
Le prescripteur pense connaître l’efficacité des molécules et les cibles qu’il souhaite atteindre. Pourtant, quand on connaît l’étendue de notre ignorance, ces certitudes deviennent alors des croyances.
L’effet placebo peut nous aider à mieux comprendre la force de guérison qui est en nous. Que l’on soit patient ou thérapeute, nous sous-estimons l’importance de ces forces internes qui nous poussent vers la survie.
Un bon thérapeute en particulier intégratif se doit donc d’utiliser l’effet placebo.

Ce dossier débute par un article qui présente les généralités à connaitre sur l’effet placebo :

L’effet placebo – Ophélie Bugnon – Laura Davet – Emile Bernard. Trois étudiants plein d’avenir – page 16.
L’environnement et notre génétique modifient notre réaction au médicament :
Polymorphisme, médecine basée sur les faits et charabia –
Docteur jean Michel Issartel – page 19.
Le placebo peut servir à guérir, son bon usage fait partie de la médecine intégrative : Entre la science et la magie – Docteur Bernard Rosa – page 20.
L’influence du médecin sur le patient, comme de celle du patient sur sa maladie, dépendent de facteurs non verbaux : Croyance et placebo –
Docteur Florence Berthélem – Médecin cancérologue – page 22.
Comment situer les compléments nutritionnels par rapport au placebo :
Une notion complexe –
Emmanuel Barrat – Docteur ès-science, physiologie des organismes – page 24.
L’information sur les traitements imposée par le législateur perturbe les patients :
Double contrainte et double peine – Docteur Jean-Michel Issartel – page 26.
Même hautement diluées, les molécules conservent des effets : L’homéopathie : des effets tangibles –
Docteur Yves Le Guénédal – page 28.
Un psychothérapeute intégratif nous donne son avis :
Les succès de placebo – Alain Gourhant – page 30.
Pour finir, Xavier Coquelle, coach intégratif développe l’effet anti-placebo – page 33.

 


Pathologies neurofonctionnelles

EHS• Electro Hyper Sensibilité (EHS)

Les ondes électromagnétiques sont de plus en plus nombreuses dans notre environnement. Les preuves de leur impact sur la physiologie et la santé s’accumulent. Certains y sont hypersensibles.

Tous les êtres vivants produisent de l’électricité. Elle provient de différentes réactions chimiques dans le cadre de processus physiologiques. Les cellules d’un organisme possèdent une différence de potentiel électrique. L’intérieur de la cellule est de charge négative alors que l’extérieur de la cellule est de charge positive. Ce sont les changements transitoires du potentiel membranaire à partir de son niveau de repos qui constituent les signaux électriques donnant naissance à l’influx nerveux.

• Étude cochin sur l’électrosensibilité

Priartem, LeLien et le collectif des électro sensibles de france dénoncent les orientations retenues dans l’étude de prise en charge des hypersensibles aux champs électromagnétiques et demande instamment au Ministère de la Santé d’y remédier. Près de 3 ans après la décision de son lancement par Roselyne Bachelot, débute l’étude visant à évaluer un protocole de prise en charge spécialisée des patients atteints d’hypersensibilité aux champs électromagnétiques Celle-ci a été confiée, par une procédure inhabituelle sans soumission à l’évaluation des pairs, à une équipe de l’hôpital Cochin dirigée par le Professeur Choudat, sous la responsabilité de l’APHP (Assistance Publique des Hôpitaux de Paris). A aucun moment, les objectifs, les hypothèses la sous-tendant, les protocoles de prise en charge et d’évaluation n’ont été portés au débat pluraliste contrairement aux pratiques instaurées dans le cadre des Grenelle. L’étude a simplement fait l’objet de présentations générales. Celles-ci n’ont jamais pris en compte les critiques qui auraient permis de réorienter l’étude, émises par les participants des comités Grenelle puis du comité de dialogue Radio fréquences et santé de l’ANSES.

 


 

Psycho

negation du corps

• La négation du corps

Pour guérir et vivre pleinement, nous devons reprendre contact avec notre corps.

Nous naissons tous avec un corps physique qui va nous suivre tout au long de notre existence. Ce corps que nous allons aimer, détester, récompenser, maltraiter aux cours des aléas de la vie, selon notre réaction face aux évènements rencontrés. Nous allons le forcer à s’adapter à ce que notre mental aura décidé en lui assénant de se taire et de rester solide et fort, peu importe ce qu’on lui fera endurer. Ce corps est notre compagnon de route et      nous le traitons souvent comme un ennemi. Dans ce corps physique s’inscrivent chaque évènement, bonheur,      traumatisme, blessure, accident, qui jalonneront notre présence sur terre. « Le corps est ce qu’il est, il est ce que je suis ».

 


 

Phytothérapie

• Maux de printemps

 

Le beau temps arrive, on pense que le soleil va chasser les mauvaises humeurs et les maladies de l’hiver, mais pas du tout. Le changement de  température nous fatigue, on se réveille difficilement, et avec les premières fleurs apparaissent les premiers pollens  et, bien sûr, les allergies du printemps.


 

Connaître

Technique-Bowen• La technique Bowen

Mise au point en Australie par Thomas A.Bowen (1916-1982) dans les années 50, le but de cette technique est la stimulation neuro-énergétique afin de pouvoir rétablir une certaine harmonie de l’organisme. Celui-ci met en place ses propres mécanismes de décompensations, de corrections.

La technique Bowen analyse le corps avec une vision globale et non comme un ensemble de symptômes séparés. Elle se base sur l’idée qu’un dérèglement structurel d’un tissu perturbe déjà sa propre fonction mais surtout l’organisme dans sa globalité.

 

 


À lire

• Vous avez besoin de calme

• Pour aller encore plus loin !

• Le cerveau de Bouddha

• La sophrologie pour mieux se connaître


Art & émotion

• Sur la Planche et Sport de Filles

• Ai Weiwei, un artiste intégratif et engagé

 


 

Je m'abonne à Santé Intégrative

Pour commander ce numéro de la Revue Santé Intégrative

Sante integrative 26

Post a Reply