Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by on Mai 15, 2013 in Revues, Thérapies Complémentaires | 0 comments

Thérapies Energétiques – Santé Intégrative 30

Les Thérapies Energétiques – Santé Intégrative n°30

 


Quel traitement par le Dr Philippe Tournesac

Il serait facile de vous donner une liste de recettes de cuisine pour traiter vos maladies. Guérir le cancer par la méditation ou en mangeant des brocolis, éliminer ses allergies en supprimant tous les glucides, pas d’infarctus en mangeant du
curcuma, voilà des titres vendeurs et alléchants. Les revues grand public ne se privent pas cela. Il n’existe pas de remède universel. J’ai l’habitude de dire que ce qui traite tout le monde ne guérit personne. Dans Santé Intégrative, nous ne
voulons pas d’allégations mensongères ou simplistes. Effectivement la méditation, le brocoli, la réduction des glucides peuvent avoir un effet bénéfique pour certains patients, mais ces propositions peuvent se révéler inutiles ou dangereuses pour d’autres.

Les solutions thérapeutiques peuvent être multiples. Elles s’utilisent successivement ou en association. Elles doivent être individualisées et pouvoir montrer leur efficacité. L’évaluation centrée sur le patient doit permettre de valider une
stratégie ou d’en changer. Pour que le patient et le thérapeute puissent mieux communiquer et se comprendre, il fallait un outil de communication et de développement de l’information au service des deux. Vous ne trouverez pas de méthodes miracles dans Santé Intégrative, mais plutôt des articles visant à faire réfléchir, pour que chacun puisse, en partenariat avec son ou ses thérapeutes, trouver les meilleures solutions individualisées.

Chrystelle

À l’occasion du trentième numéro de Santé Intégrative, je souhaite vous parler d’une personne essentielle. Elle aura préparé pour notre plus grand plaisir 1560 pages. Avez-vous conscience que la même personne met en page le magazine, le relit, choisit la plus grande partie des illustrations et arbitre le choix des couvertures ? C’est aussi elle qui prépare les envois, gère les abonnements et le site internet, répond aux appels téléphoniques et règle les problèmes
administratifs. Autant dire que sans elle, le magazine ne serait pas cette publication que beaucoup apprécient. Son nom est Chrystelle Goëz. Au nom du comité de rédaction, et j’espère au nom des lecteurs,  je souhaite la remercier
pour ce travail qu’elle effectue depuis cinq ans.
Dr Philippe TOURNESAC
Nous sommes une structure avec des petits moyens que l’on peut classer dans les très petites entreprises. Notre survie dépend des abonnements. En vous abonnant ou en proposant à vos amis et vos connaissances de s’abonner, vous soutiendrez nos efforts pour faire progresser la médecine et les soins vers un peu plus d’intégrativité. Par la même occasion, nous espérons que vous vous enrichirez des nombreuses informations que nous partageons avec vous.

 

 


 

Actualité médicale

 

• Un autre regard sur le cancer, 3ème édition par le Dr Philippe TOURNESAC

 

Le plus grand centre intégratif d’éducation thérapeutique sur le cancer, localisé à Aix en Provence, devrait permettre de doubler l’espérance de vie des malades. Pour la 3 ème fois, l’association Ressource a organisé un congrès afin de mieux expliquer et comprendre l’importance d’une approche globale centrée sur le patient de cette maladie.

C’est dans une ambiance festive que démarre cette journée organisée par l’association Ressource. Les participants sont accueillis dans l’amphithéâtre du Pasino d’Aix en Provence au son de Stand by me, interprété par des musiciens
du monde entier.
Le docteur Jean-Loup Mouysset, cancérologue, insiste sur le fait que le cancer est une maladie du lien. Les cellules normales fonctionnent en harmonie, elles communiquent et établissent des liens entre elles. Les cellules can-
céreuses ne reconnaissent plus les autres. Elles émettent des signaux et consomment l’énergie sans tenir compte leur environnement. Elles ont perdu la capacité de communiquer.

A lire la suite de l’article

• Prise en charge naturelle d’un excès de cholestérol par Emmanuel BARRAT – Docteur ès Science, Physiologie des Organismes

 

À QUOI SERT LE CHOLESTÉROL ?

 

Le cholestérol est une molécule indispensable au fonctionnement de l’organisme : il est notamment indispensable à la synthèse de
neurotransmetteurs, de la vitamine D, d’hormones stéroïdes, de sels biliaires…
Synthétisé dans le foie, le cholestérol doit être associé à des transporteurs pour rejoindre les tissus périphériques via la circulation sanguine : les lipoprotéines de basse densité (LDL). D’autres transporteurs, les lipoprotéines de haute densité (HDL), permettent le rapatriement du cholestérol vers le foie, pour leur élimination dans la bile.

L’EXCES DE CHOLESTÉROL

Dans les pays développés, de nombreuses personnes présentent des concentrations sanguines de cholestérol au-dessus des valeurs recommandées, en particulier le cholestérol associé aux lipoprotéines de basse densité (LDL-cholestérol, appelé couramment »mauvais » cholestérol).


 

Isabelle-BanetSophrologie

 

• Sclérose en plaques et sophrologie

 

Alain Giraud :
Comment peut-on définir la Sclérose En Plaques (SEP), qui est une affection du système nerveux central ?
Isabelle Banet :
Cette maladie touche le cerveau, le cervelet et la moelle épinière, qui ont en commun d’être constitués de cellules spécifiques, les neurones. Ces derniers comportent un prolongement essentiel pour la transmission des informations depuis le cerveau, l’axone, par lequel chemine l’influx nerveux. Les axones sont protégés par une substance propre au système nerveux, la myéline. Elle a pour rôle d’accélérer le passage de l’information électrique au niveau de l’axone. C’est la myéline qui est attaquée chez les patients atteints de SEP. Elle est détruite, par plaques, ce qui donne son nom à cette affection.
Lorsque le trajet de l’influx est interrompu, l’information créée par le cerveau n’est plus transmise de façon adaptée au corps (et vice versa).

 

Lire la suite

 

 


 

Vision intégrative

• L’intérêt d’une bonne ventilation pulmonaire par Docteur Sébastien FORFICULE

 

La ventilation pulmonaire est une fonction autonome pouvant être modifiée sous l’influence de la volonté. Une respiration de qualité permettra une bonne oxygénation et une détoxication efficace des organes du corps. Des exercices respiratoires, pratiqués régulièrement, peuvent également apporter une détente et améliorer le mental.

La respiration est intimement liée à la vie organique, depuis le premier cri jusqu’au dernier soupir. Elle comprend la mécanique ventilatoire, la diffusion alvéolo-capillaire, la fonction respiratoire du sang pour arriver à la respiration tissulaire. Notre propos se limitera à la ventilation pulmonaire, et ses divers effets sur la santé.

• La ventilation pulmonaire

Ventilation
La ventilation est rythmée, à une cadence d’environ douze cycles par minute. Le centre de commande est situé au bulbe rachidien. Il est sensible aux facteurs psychologiques : colère, peur, joie et stress peuvent stimuler ou inhiber
la respiration. L’inspiration est une phase active, alors que l expiration est une phase passive par relâchement. Elles peuvent devenir volontaires (inspiration et/ou expiration forcées faisant appel à des volumes de réserve). Pour permettre un
échange optimum des gaz, les physiologistes estiment que l’air inspiré doit séjourner 10 à 20 secondes dans les alvéoles. La diffusion de l’oxygène O2 et du gaz carbonique ou CO2 s’effectue en fonction des concentrations et des pressions des gaz.

• L’hôpital idéal par Dr Véronique CHABERNAUD – Spécialiste Santé Vitalité

 

L’hôpital idéal : une énergie réparatrice et préventive, une contribution à renverser le paradigme actuel de la non santé et du tout curatif.La dégradation alarmante de la santé est le constat que toute person

ne informée fait aujourd’hui sans conteste. Le doublement en 30 ans des cas de nouveaux cancers par an (170 000 à 365 000 en France), la pandémie mondiale de diabète de type II (300 millions de personnes dans le monde), les maladies chroniques liées à nos modes de vie sédentaires et stressants, la flambée des maladies neurodégénératives, les troubles musculosquelettiques et les désordres psychosociaux, fléaux professionnels actuels, les maladies liées à la pauvreté dans les pays en voie de développement ou en Occident, les chiffres sont plus qu’interpellant et la souffrance partout au rendez-vous.
En réponse à ce constat, nous avons une médecine et un système de soins essentiellement curatifs, une approche très technique de la médecine, une prise en charge de la pathologie et fort peu du patient dans sa globalité et un volet
prévention quasiment absent. Les hôpitaux s’inscrivent dans cette logique et souffrent en outre de leurs propres désordres (logique financière, manque de moyens humains et matériels, impact sur les soins, parfois
maltraitance…). Est-ce le meilleur service qu’un établissement de soins puisse rendre aux patients et à la société ?Hopital

 

 


 

Chronique

Jacques Salomé

• Trop tard par Jacques SALOMÉ – Psychosociologue

 

 

 


 

DOSSIER : LES THÉRAPIES ÉNERGÉTIQUES

A lire EFT ( Emotional Freedom Technique)


 

Médecine intégrative

 

• Pharmacovigilance en défaut par Dr Philippe TOURNESAC

Dr Philippe TOURNESACLors de sa commercialisation, le médicament est un produit dont on ne connaît pas toutes les propriétés. Les outils de surveillance et d’évaluation doivent être améliorés pour le bénéfice de

Après plus d’un demi siècle d’hégémonie du médicament, nous sommes entrés dans une ère de diabolisation probablement tout aussi excessive. Dans la médecine intégrative chaque outil thérapeutique, dont les médicaments, a une
place qui doit être analysée et réfléchie en fonction du patient et des données scientifiques disponibles.
Il a fallu de nombreuses années pour obtenir un consensus sur la toxicité du tabagisme chronique. Au départ, fumer était un acte sympathique, apaisant, convivial donc bénéfique. Le lien de causalité avec différents cancers (poumon, sein, vessie, gorge, estomac) ainsi que la bronchite chronique, l’emphysème, les maladies cardiovasculaires n’a été établi qu’après de nombreuses années. Pour être parfaitement honnête, certains centenaires fument avec modération sans que cela ne nuise à leur santé. On a montré que la nicotine contenue dans la fumée de cigarette améliore certains parkinsoniens.Il est possible que, pour certaines personnes, fumer une cigarette ait un effet positif sur le stress oxydatif.

 

• Troubles urinaires : faites le point ! par Dr Jean-Loup DERVAUX

DE QUOI PARLONS-NOUS ?

En médecine, un signe (ou symptôme) majeur ou un ensemble de signes peuvent délimiter un tableau maladif (ou syndrome) reconnaissant eux-mêmes un certain nombre de causes, lesquelles sont alors assimilées à des diagnostics
précis. Les troubles de l’émission des urines, fréquents à partir d’un certain âge, peuvent être regroupés en trois grands tableaux qui témoignent d’un problème au niveau du bas appareil urinaire.

Le tableau obstructif ou de « vidange »

Souvent ignoré ou négligé s’il n’est pas trop marqué, il doit être détecté avec soin, essentiellement parce que l’obstacle est dangereux pour l’appareil urinaire. Il associe de la difficulté à uriner ou dysurie et des émissions d’urine (mic-
tions) fréquentes en petite quantité ou pollakiurie. Ces signes, plus fréquents chez les hommes, traduisent le plus souvent un obstacle à l’évacuation de la vessie,  siégeant toujours entre le col vésical (partie basse) et le méat urétral (orifice de sortie). Cet obstacle peut  être longtemps compensé par une hypertrophie du muscle vésical et être ainsi masqué.

 


 

Pathologies neurofonctionnelles par Dr Philippe TOURNESAC

 

• Trois médicaments à interdire tout de suite

Ce magazine, né en 2004 sous le nom de Spasmagazine, a évolué vers sa dénomination actuelle Santé Intégrative. Une des motivations initiales était le désir de plusieurs thérapeutes de mieux faire connaître les pathologies neurofonctionnelles liées à l’hypersensibilité. S’il traite dans différents articles et dans le dossier de nombreuses autres problématiques liées à la santé, nous continuons à réserver 4 pages dans chaque numéro à l’actualité des pathologies neurofonctionnelles : Fibromyalgie, syndrome de fatigue chronique, spasmophilie, syndrome de l’intestin irritable, hypersensibilité chimique multiple, électro hypersensibilité, syndrome de vessie instable, troubles déficitaire de l’attention et hyperactivité…

Le livre les 4 000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux des professeurs Philippe Even et Bernard Debré fait l’effet d’un nouveau pavé dans la mare des thérapeutiques médicamenteuses. On y trouve une liste de 58 médicaments dangereux dont la Ritaline®, le Quasym® et le Concerta®. Il s’agit de trois spécialités contenant la même molécule, le methylphenidate, et utilisées pour traiter les enfants souffrant de déficit de l’attention ou hyperactivité.
L’efficacité de cette molécule a été basée sur une hypothèse, le déficit de l’axe dopaminergique, maintenant démontrée comme fausse et sur un semblant d’efficacité chez certains enfants à peine supérieure au placebo.

• Cent cinquante fibromyalgique

La fibromyalgie touche un à deux millions de patients en France. Le docteur Emma K. Guymer, rhumatologue australienne a évalué 150 patients qualifiés de fibromyalgiques adressés en consultation hospitalière. Seuls 63 % des patients réunissaient les critères de définition traditionnel de l’American College of Rheumatology de 1980 et présentaient au moins 11 points douloureux sur les 18 spécifiques (voir sur le site www.artsweb.eu pour les critères diagnostic). Les autres patients souffraient de douleurs diffuses et étaient assimilés à ce diagnostic.
Cette pratique est courante, malheureusement elle fausse les critères de comparaison entre les différentes études internationales. La moyenne d’âge des patients était de 47 ans et ils souffraient depuis 10 ans en moyenne. Une consultation hospitalière ne reflète pas l’ensemble des patients, mais il s’agit dans cette étude d’analyser de patients particulièrement chroniques.

• Hypersensibilité chimique multiple : le diagnostic

Parmi les pathologies neurofonctionnelles, certaines sont particulièrement mal diagnostiquées. Pourtant le syndrome d’hypersensibilité chimique touche environ 2 % de la population, soit plus d’un million de personnes en France. Les symptômes sont résumés dans l’encadré. même s’il n’existe pas de consensus international unanime, certains critères permettent d’établir un diagnostic. En 1989, un groupe de 89 médecins, scientifiques et chercheurs spécialisés
dans l’hypersensibilité chimique multiple s’est réuni aux États-Unis pour proposer une définition clinique normalisée. Un sixième critère a été ajouté en 1999(1). Depuis, ces critères n’ont pas été remis en question dans les publications médicales, mais ils ne bénéficient pas d’une reconnaissance officielle. Ils servent tout de même pour les scientifiques s’intéressant à ce sujet.

• Les récepteurs chimiques

L’hypersensibilité chimique multiple est une maladie mal comprise. Les tests traditionnels d’allergie sont en général négatifs et les symptômes peuvent être déclenchés par des doses extrêmement faibles de molécules comme les parfums.
Parmi les voies qui peuvent être perturbées, on peut inclure les troubles au niveau des récepteurs aux molécules chimiques ou chémorécepteurs dans la cellule. Dieter Wecher de l’institut Max Planck pour l’écologie chimique en Allemagne détaille dans un article récent le mode de fonctionnement de ces récepteurs.
Les chémorécepteurs permettent de transformer un signal moléculaire chimique en message intracellulaire. Un message secondaire de type chimique ou électrique pouvant dans certains cas être transmis aux cellules avoisinantes et au système nerveux central.


 

Art & émotion

• Reality et César doit mourir

• De la déchéance du surhomme…

 


 

Je m'abonne à Santé Intégrative

Santé Intégrative n° 30

 

Post a Reply