Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by on Mai 28, 2013 in Revues, Thérapies Complémentaires | 0 comments

Les Peurs : Santé Integrative n°29

Dossier n°29 : Les Peurs


 

Actualité médicale par Dr Philippe TOURNESAC

 

Dr Philippe TOURNESAC

• L’intérêt des huiles de poisson remis en question,

 

 

 

 

Le manque d’oméga 3 dans les membranes cellulaires est statistiquement lié à une augmentation de risque de maladies cardiovasculaires. L’impact bénéfique sur la santé d’une modification nutritionnelle ou de la supplémentation en oméga 3 a été étudié à plusieurs reprises avec des résultats, souvent mais pas toujours, positifs. Une nouvelle étude relance le débat.
Bosch J et coll. n’ont pas retrouvé de diminution de risque de mortalité globale ou de diminution de maladie cardiovasculaire chez des sujets diabétiques ou prédiabétiques prenant 900 mg d’Omacor®(1). Ce produit, vendu en France, est remboursé en cas d’excès de triglycérides et dans les suites d’un infarctus du myocarde. Il contient de l’EPA et du DHA sous forme d’ester d’acide gras. Les adversaires des compléments nutritionnels en concluent, un peu hativement, qu’une supplémentation en oméga 3 n’a pas d’intérêt dans le risque cardiovasculaire. Pour mieux analyser les résultats de ces études, il convient de revenir sur quelques notions fondamentales.

 


Naturopathie

 

• L’ail du matin par Gisèle BERTHON

ail

Pour la circulation, depuis l’Antiquité, un régénérateur cellulaire,l’ail sans l’odeur.

POURQUOI ?

Hypertension, cholestérol, candidoses, parasitoses, calculs, allergies, anémies, gingivites, parodontose, santé vasculaire, cœur, varices, reins, poumons, peau, sang trop épais, troubles de mémoire, artériosclérose, etc.
C’est un diurétique, un antiagrégant plaquettaire, un hypoglycémiant, un énergisant… Il est même peut-être protecteur contre certains cancers.

 

 


Psychothérapie intégrative

 

• L’inconscient, un ami qui vous veut du bien par le Docteur Philippe TOURNESAC

 

Les structures non conscientes sont trop souvent ignorées ou diabolisées. Elles sont pourtant
les plus intéressées à notre survie, et donc la guérison. Dans notre culture, le conscient est en général présenté comme une partie noble de notre cerveau. Il est une espèce de patriarche, détenteur du pouvoir de la connaissance et des clés pour accéder au futur.

Il est la source de nos pensées, il nous différencie de l’animal. Comment ne pas l’aduler ? Le conscient est aussi associé à l’esprit. Quand il est malade, on entre dans la folie, c’est-à-dire la maladie psychiatrique grave. D’où l’expression traditionnelle, «il n’est pas sain d’esprit ».

L’inconscient se trouverait dans une espèce de pénombre ou d’obscurité.Il prend en charge notamment les pulsions, et nos fonctions qualifiées d’automatiques. On évite de parler de ce qui le concerne. Pipi, caca, digestion, respiration, expectoration ne sont pas des sujets à aborder dans la bonne société.Dr Philippe TOURNESAC

 

 

 

 


Vision intégrative

 

• Dialoguer pour cultiver l’équilibre du monde… par Muriel FIFILS

 

C’est au cTahitiœur d’une pyramide qui culmine à près de 6000 mètres au-dessus de la mer des Caraïbes que survivent ceux que l’on considère comme les derniers héritiers des grandes civilisations précolombiennes de l’Amérique du Sud : les Indiens Kogis de la Sierra Nevada de Santa Marta, en Colombie. Cultivateurs, ils détiennent grâce à un système de transmission du savoir qui se perpétue depuis des siècles, des connaissances très pointues dans divers domaines, notamment en
agriculture et en santé, mais aussi dans celui que nous nommons « intelligence collective ».
Pour cultiver et récolter, les Kogis se déplacent énormément, selon les périodes agricoles de chaque étage thermique de la Sierra. Ainsi, ils entretiennent le lien social, l’équilibre de la communauté, en échangeant les denrées d’un village ou d’une vallée à l’autre. Ils sont encore environ 12 000, dispersés dans cette montagne qu’ils sillonnent sans relâche, pieds nus, vêtus de leurs habits traditionnels tissés de coton. Et marcher pour les Kogis, c’est penser. Penser le territoire, en prendre soin. Tout le travail de la communauté est celui de la recherche de l’équilibre du vivant.

 


À lire

 

• Autisme, le gène introuvable

• Krishnamurti et les silences du cerveau

• Guide de la spiritualité

 

 


Chronique

• Le conte de la petite marmotte qui était toute triste !

• L’échec mène à la réussite

 


Peur

DOSSIER : LES PEURS

DOSSIER LES PEURS SANTÉ INTÉGRATIVE N°29

INTRODUCTION ET SOMMAIRE

Quand on tombe dans l’eau, la pluie ne fait plus peur.proverbe russe

 

L’anxiété et les troubles anxieux sont très présents dans la population. La consommation de médicaments contre l’anxiété, ou anxiolytiques, en est le reflet. 134 millions de boîtes de médicaments contenant des benzodiazépines ou apparentées (anxiolytiques ou somnifères) ont été vendues en France en 2010. Chaque année, un Français sur cinq en consomme au moins un. La France se situe au 2ème rang des pays européens, après le Portugal, pour la consommation de ces produits. Les benzodiazépines exposent à un certain nombre de risques bien identifiés, comme des troubles de la mémoire et du comportement et plus tard de la démence. Quel que soit l’âge, leur usage  expose également à un risque d’abus et de dépendance psychique et physique, avec un syndrome de sevrage à l’arrêt du traitement.
Les différents troubles anxieux sont souvent mal traités. Une absence ou une mauvaise identification, une méconnaissance de ces troubles et des traitements non médicamenteux aboutissent à une souffrance chronique et souvent une aggravation progressive des troubles.
Nous n’avons pas l’ambition de traiter l’ensemble du sujet en quelques pages, mais de vous introduire à une meilleure connaissance de la peur et des troubles anxieux.

Tout d’abord un peu de psychopathologie de la peur et des troubles anxieux avec : Définitions et classification – Docteur Jean-Michel Issartel : LIRE L’ARTICLE
Monsieur Georges Romey, qui a mis au point le rêve éveillé libre nous propose une classification personnelle basée sur une réflexion sur la nature des peurs ou des angoisses susceptibles d’atteindre la psyché :
De quelle peur parlez-vous ?
La peur peut nous emmener dans un cercle vicieux :
La peur de la peur – Dr Philippe Tournesac
En entrant dans la peur, nous pouvons accéder à la capacité d’aimer presque chaque seconde par l’un de nos sens et par le cœur : « Ne vous inquiétez pas, y’a pas de soucis ! » Madame Martine Laval
Le docteur Yves Le Guénédal présente le cadre d’une approche intégrative médicale et psychologique :
Médecines et psychothérapies à l’assaut des peurs : LIRE L’ARTICLE
Dans une approche corporelle, ostéopathique et intégrative le docteur Bernard Rosa souligne en particulier le rôle de la respiration, de la voix et nos attitudes : Identifier et maitriser ses peurs !
Différentes techniques médicales et psychologiques sont introduites :
Tipi : la régulation des peurs – Monsieur Luc Nicon
L’acupuncture : la sérénité par les aiguilles – Dr Philippe Tournesac
Les compléments alimentaires – Monsieur Emmanuel Barrat -Docteur ès Science-
La sophrologie : un protocole adapté à toutes les phobies – Monsieur Alain Giraud –
Aubépine et mélisse, les amies de la peur -Elena Valette – Docteur en pharmacie-
Granules et haute dilution sont aussi efficaces – Dr Philippe Tournesac

Vous trouverez aussi sur notre site internet, www.santeintegrative.com, un communiqué de presse sur l’utilisation des benzodiazépines et la version longue de Définitions et classification.

 


Pathologies neurofonctionnelles par Dr Philippe TOURNESAC SFC

 

• Le SFC est-il une maladie auto-immune ?

Mieux comprendre une maladie, c’est aussi mieux la guérir. La somme des informations immunitaires recueillies sur le Syndrome de Fatigue Chronique (SFC) permet de proposer de nouvelles hypothèses.

Pour les membres de l’association internationale sur le syndrome de fatigue chronique (IACFS), il ne fait aucun doute que cette maladie concerne les trois principaux systèmes de l’organisme, immunitaire, neurologique et endocrinien. Certains membres ont même pensé la rebaptiser syndrome neuro-immuno-endocrinien. L’existence de perturbations immunitaires dans le SFC est un fait acquis que seuls les ignorants peuvent contester. Il s’agit dans cet article d’évoquer, à travers les données scientifiques acquises, la possibilité de considérer cette maladie comme étant auto-immune.

• Régime amaigrissant et fibromyalgie

Maigrir-fibryomalgie

Le poids est un problème souvent évoqué en consultation par les personnes souffrant de fibromyalgie. Il est vrai que ce problème concerne souvent les femmes qui sont nettement majoritaires dans ce type de maladie. Les médicaments prescrits font souvent prendre du poids, et parfois même plus de dix kilos (Lyrica, Laroxyl et autres antidépresseurs). Comment faire pour les perdre quand ils sont installés ? Plus mécaniquement, la surcharge pondérale est souvent incriminée à tort ou à raison pour certaines douleurs rachidiennes et des membres inférieurs. Par ailleurs, un régime amaigrissant peut être considéré comme générateur de stress et de fatigue, facteurs considérés comme aggravant de la fibromyalgie. Toutes ces considérations rendent particulièrement intéressante cette nouvelle étude effectuée par une équipe égyptienne sur la fibromyalgie.

 

 


 

Art & émotion

 

• Algérie 1962, l’été où ma famille a disparu


 

Je m'abonne à Santé Intégrative

Pour commander ce numéro de la Revue Santé Intégrative

Sante-integrative-29

Post a Reply