Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by on Juil 15, 2013 in Revues, Thérapies Complémentaires | 0 comments

Communication et Santé : Santé Intégrative n°20

Communication et Santé : Santé Intégrative n°20

 


Actualité médicale par le Dr Philippe Tournesac

Courrier de lectrice

quantiqueQuantique, de l’ignorance à l’acceptation

Des réalités et des mystères physiques. Un espoir de compréhension et tout au moins d’acceptation de certaines médecines alternatives. Mais aussi une porte ouverte à certains charlatans.

Quantique est depuis quelques années le mot à la mode. Ce terme a été inventé par les physiciens pour expliquer n’inexplicable. En effet, la physique newtonienne, la cybernététique, la théorie de la relativité d’Einstein ne permettent pas d’expliquer certains phénomènes expérimentaux observés. Une des expériences les plus troublantes est que deux photons (particules élémentaires de la lumière), ayant un passé commun mais situés à des distances mêmes énormes, semblent dépendants l’un de l’autre. Si l’on agit sur l’un, l’autre réagit aussi de façon instantanée. La physique quantique est un monde mystérieux dans lequel l’ignorance et les hypothèses dominent sur la compréhension. Comme le dit Emmanuel Ransford, « parmi ceux qui disent maîtriser et comprendre les phénomènes quantiques, il faut distinguer les idiots et les charlatans. » Il n’est donc pas étonnant que les non initiés n’y comprennent pas grand chose puisque les initiés eux-mêmes en sont au stade des supputations.

 


Naturopathie par Sophie Schlogel – Naturopathe

 

naturopathie

L’eau : une poire pour la soif…

L’eau est le véhicule de transport, le pilote et le bain indispensable au bon déroulement de toutes les opérations cellulaires de l’organisme, à tous les fonctionnements physiologiques.

Si elle vient à manquer (déshydratation), si sa qualité baisse, le métabolisme sera perturbé.  L’eau intervient dans la circulation sanguine, l’hydratation des tissus, la digestion des aliments, la thermorégulation et la communication hormonale entre les organes dans tout l’organisme…

 

L’HyDRATATION

Il faut parfois près de deux heures à notre organisme pour absorber et commencer à utiliser l’eau que nous buvons. Absorbée dans le gros intestin, il lui faut entre 20 mn et trois heures, dépendant de l’activité de l’estomac, pour qu’elle y parvienne. Sur un estomac vide, l’eau que l’on boit passe très rapidement le sphincter pylorique. Mais si l’estomac est en train de digérer des aliments, elle reste dans l’estomac jusqu’à ce que les aliments soient prêts à poursuivre leur route normale, et n’est souvent absorbée que deux ou trois heures plus tard.

lire l’article

 


 

Phytothérapie par Elena VALETTE – Pharmacienne


Phytothérapie
Allergies et phytothérapie

Le médecin viennois Clément von Pirquet a proposé en 1906 le terme allergie, (du grec “allos“ et“ ergon“= réaction autre) pour exprimer le concept de réactivité altérée de l’organisme à des substances normalement tolérées. L’allergie n’est pas une maladie, mais une défense de l’organisme contre l’environnement ambiant, alimentaire et professionnel. Les affections allergiques sont extrêmement diverses et de gravité très variable. Cela peut aller de la petite tache d’eczéma sur la joue d’un nourrisson jusqu’au choc anaphylactique mortel après une piqûre d’abeille ou de guêpe. L’allergie est donc une réaction inappropriée et excessive de la réponse immune de l’organisme au contact d’un composé étranger qui, chez la plupartdes individus, n’induit pas de réaction spécifique.

 

 

 


 

Médecine intégrative par Pr Henri MICHEL

hematochromeL’hémochromatose génétique

L’HG est une maladie héréditaire due à une surcharge en fer de tout l’organisme. Cette surcharge est secondaire à l’absorption massive de fer au niveau du duodénum. Il en résulte une altération grave de tous les organes : foie, pancréas, cœur, poumons, glandes endocrines, peau, pouvant aboutir à une invalidité ou à un décès prématuré à 50-60 ans parcirrhose, cancer, insuffisance cardiaque, si la maladie n’est pas diagnostiquée et traitée.

 

Pour bien comprendre cette maladie, voyons d’abord le métabolisme du fer

 

À l’état normal, 20 mg de fer sont apportés tous les jours par l’alimentation, 1 à 2 mg seulement sont absorbés par le tube digestif. Ce fer est transporté par une protéine (la transferrine) depuis le tube digestif jusqu’à la moelle osseuse où il entre dans la composition de l’hémoglobine qui, située dans le globule rouge, permet le transport de l’O2 du poumon aux tissus. Les globules rouges meurent chaque 120 jours ; le fer est récupéré et sert à nouveau à la synthèse de l’hémoglobine. Un à 2mg de fer sont perdus tous les jours dans les selles, les urines, la bile. Chez la femme, cette perte est plus importante avec les règles, les grossesses et les accouchements, ce qui explique que l’HG se déclare plus tard, vers 30 ans.

Dans l’HG, 5 à 6 mg de fer alimentaire sont absorbés tous les jours. La transferrine en transporte le plus possible, c’est-à-dire normalement 30% de sa capacité, ici 80 à 100%.On dit qu’elle est saturée à 80 ou 100 %. C’est le meilleur signe diagnostique de l’HG. Mais seul 1 à 2 mg sont perdus tous les jours. Vous voyez donc que tous les jours s’accumulent plusieurs mg de fer. Au bout de plusieurs années, cela fait 20 à 40 grammes. Ce fer est toxique, produit des radicaux libres qui détruisent lentement les organes. Il est évident qu’à l’âge de 30 ans, cette surcharge sera plus faible qu’à 50 ou 60 ans, donc c’est à 30 ans que l’on doit faire le diagnostic. Pour résumé, il n’y a pas de système de régulation du métabolisme du fer comme pour l’urée, l’acide urique, le cuivre…

 


Chronique par Jacques SALOMÉ – Psychosociologue

quotient relationnelÀ propos du quotient relationnel

 

Le concept de quotient relationnel, que je présente et propose ici, (après celui plus ancien et plus connu de quotient intellectuel ou plus récent de quotient émotionnel), devrait intéresser tous ceux qui sont engagés personnellement ou professionnellement dans une amélioration possible de la communication et des relations humaines. Pour tous ceux qui souhaitent développer des échanges et des partages en réciprocité, non seulement dans leur vie personnelle, mais aussi dans leur vie conjugale, familiale, sociale ou leur vie professionnelle. Ce qui permettrait aussi d’améliorer le fonctionnement des grandes institutions ou des entreprises industrielles ou commerciales. Sont concernés en premiers, ceux qui par leur fonction, le poste qu’ils occupent, sont au cœur d’un faisceau de relations significatives, décisionnelles ou qui sont l’objet d’attentes implicites ou explicites. Tous ceux qui sont engagés dans une relation d’aide, une demande d’écoute, de compréhension ou même d’un accompagnement pour affronter un problème, traverser un conflit ou une situation difficile vécue dans leur entourage. Mais que ce soit vis-à-vis de l’un ou l’autre de nos proches, d’une connaissance, d‘un collègue ou d’un collaborateur, chacun d’entre nous devrions être interpellé par cette notion, encore mal connue, de quotient relationnel.


 

DOSSIER : SANTÉ ET COMMUNICATION

 


Thérapie intégrative par Nadine Quéré – Kinésithérapeute, formatrice en fasciathérapie


fasciathérapie
Le stress, accompagnement en fasciathérapie

La fasciathérapie est une thérapie manuelle, curative et éducative qui prend en charge les différents troubles des états aigus et chroniques du stress avec ou sans pathologies déclarées telles que douleurs, altération du sommeil, irritabilité, fatigue chronique, perturbation de la perception de soi. Elle aide à mieux reconnaître les signaux de stress et à retrouver des ressources physiques et psychiques pour y faire face. Le stress est une réaction physiologique du corps lui permettant de s’adapter aux événements de la vie quotidienne. Il peut cependant devenir pathologique s’il est trop aigu, trop intense ou trop fréquent induisant des oppressions, des palpitations, des troubles du sommeil et des états de fatigue chronique. Le fascia est impliqué dans les réactions au stress. Tissu élastique qui enveloppe les organes, il réagit en se tendant, se crispant et s’accolant, contribuant ainsi au dysfonctionnement du corps. Les tensions sont des réactions réversibles mais elles s’incrustent parfois dans le fascia gênant progressivement certaines fonctions du corps. La fasciathérapie est une approche hautement efficace sur les états de stress aigus ou chroniques grâce à deux actions. La première par son effet sur la structure entraîne un relâchement des tissus et à une réharmonisation du tonus : le corps se “dé-serre” provoquant soulagement, lucidité et aisance. La seconde par son effet sur la perception permet d’améliorer le rapport à soi. En effet, pour se protéger le corps se durcit et se désensibilise, laissant l’impression de ne plus se retrouver, de se sentir coupé de soi, vidé, d’être dans le brouillard ou à l’inverse débordé, dépassé, agressé. Tous ces états entraînant des comportements d’agitation, d’irritabilité et des conduites totalement inadaptées. Plus qu’une détente, la fasciathérapie permet de retrouver l’indispensable sensation d’être bien dans son corps, dans un corps bien à soi.

 


À lire

Médecine & Sophrologie
Autre “lait”
Revivre – Guy Corneau

 


 

Connaître par Dr Jean-Loup DERVAUX


migraine
La jungle des maux de tête : comment s’y retrouver

À coup sûr, le monde des maux de tête, est une véritable jungle dans laquelle il est bien difficile de déterminer son propre cas. Alors, plutôt que de se perdre dans des considérations ou dénominations plus ou moins compliquées mieux vaut tout simplement distinguer les maux de tête en fonction du ressenti de ceux qui y sont sujets. Avant même de rentrer dans le détail, il convient de bien savoir de quoi on parle quand on les évoque. Dès lors deux questions de base se posent :

De quoi parlons nous ?

Mal de tête ou mal de crâne ? Cette question peut paraître saugrenue et pourtant…il ne faut pas perdre de vue que la tête comprend le crâne et la face, ce qui permet de différencier le mal de crâne, dénommé par les médecins, céphalées des douleurs ou algies faciales.

Migraine ou pas migraine ?

Migraine est devenu, avec le temps, un terme générique désignant tout mal de tête. Or la crise de migraine vraie réalise un tableau bien particulier et ne représente que 15 % des maux de tête. La question est donc tout à fait légitime.

 


Actualité fibro – TDHA – spasmo par Dr Philippe TOURNESAC

 

Magnésium, un outil de prévention

Les études chez l’animal suggèrent qu’un déficit modéré en magnésium, similaire à celui que l’on rencontre chez les humains, favorise l’inflammation et le stress oxydatif. Celui-ci est induit par de nombreux facteurs dont la privation de sommeil. C’est pourquoi une étude a été réalisé sur 100 adultes ayant un sommeil de mauvaise qualité (selon le Pittsburg Sleep Quality Index : PSQI). Les patients ont été répartis en deux groupes. Les personnes du premier groupe ont pris chaque jour 300 mg de magnésium, sous forme de citrate, et les autres un placebo. L’étude a duré sept semaines. Cette durée est suffisante car on estime en général qu’il faut au moins trois semaines de supplémentation pour obtenir des effets sur l’état général. Quarante des participants présentaient des signes d’inflammation biologique. Celle-ci était identifiée par le dosage d’un marqueur de référence, la CRP. Le seuil limite de positivité a été fixé à 3.

La réunion de l’espoir

Après notre note d’alarme sur le médiator dans le numéro de décembre de Santé Intégrative, il nous semble important de rappeler que les médicaments prescrits pour traiter les troubles déficitaires de l’attention et hyperactivité de l’enfant présentent les mêmes effets secondaires. En effet, le methylphénydate contenu dans la Ritaline® et le Concerta® est un psychostimulant de la famille des amphétamines. Pour rappel voici un extrait d’un article paru dans Spasmagazine n°15 (mai 2006).

 

 


Art & émotion


Cranach et son temps
Le loup ordinateur dans la bergerie…

 


 

 

Je m'abonne à Santé Intégrative

Pour commander ce numéro de la Revue Santé Intégrative

Santé Intégrative N°20

 


 

Post a Reply